Triangles

Blogue

Passez par Dubaï pour aller à Jonquière

2016-07-01

Le longue histoire courte du chemin qui nous a mené ici, vous et moi...

 

Par Emilie Gauthier - Je n’ai jamais été reconnue pour ma simplicité… mettons cela sur le dos du fait que je sois une femme. On est un peu comme ça, nous… On aime les chemins cahoteux. Beaucoup plus amusant et, en plus, ça fait des histoires à raconter après. Eh bien en voici une petite (qui risque d’être longue, si on se fie au titre), celle qui fait en sorte que j’en suis rendue là aujourd’hui!

 

 

Je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais faire dans la vie. Je rêvais d’être avocate, mais je savais qu’il y aurait trop d’efforts et de travail à faire pour atteindre ce but… Ma capacité à écouter en classe n’a jamais été très élevée, faut le dire… Je me suis donc inscrite au Bac en Langues modernes (pas bin bin dans la même branche, me direz-vous…). Après une seule session, je me suis bien rendu compte que je le faisais pour mon plaisir personnel mais que j’en ferais jamais une carrière. J’ai viré mon capot de bord et je me suis inscrite au Bac en communication à l’Université Laval. Pas vraiment plus garant de carrière mais bon, ce fut 4 années de plaisir, dans une ville qui n’était pas la mienne. Quatre années qui m’ont fait réaliser que pour rien au monde je voulais vivre ailleurs que dans mon Saguenay natal.

 

 

Adieu le rêve de me placer dans une grande agence de pub, de faire les comm. pour une grande entreprise, bye bye les quatre ans d’université, je reviens au Saguenay! J’ai accumulé les petits boulots (plus ou moins pertinents pour mon futur) jusqu’à ce que ma mère, propriétaire d’une boutique de vêtements pour femmes à Chicoutimi, me propose d’acheter avec elle la boutique d’une « compétitrice » qui n’avait pas de relève et qui voyait l’heure de la retraite approcher! EUH! Une folle dans une poche… qui aurait dit non à ça? La possibilité de devenir entrepreneure, mon école à moi! Et qui plus est, dans le domaine de la mode!

 

 

Me voilà, 6 ans et demi plus tard, propriétaire de ma boutique. Il y a eu du travail à faire, beaucoup! Élargir et fidéliser la clientèle, modifier l’offre, créer un engouement autour de l’entreprise! Facebook m’a aidée comme pas possible, ça m’a permis d’assouvir mes envies de communicatrice, d’étaler ma personnalité à qui voulait bien la connaître, en plus de me permettre de faire connaître mon bébé dans ma région. Ensuite, il y a eu le Fashion Truck, parce que pas avoir de projets, c’est plate! Et là, y’a eu le site Internet! Tu peux pas être une fille de comm en 2016 et pas avoir de site Internet, c’est comme ça! On insistait pour que j’aie une boutique en ligne, ce à quoi je me refusais catégoriquement! Jusqu’au jour où mon site a été presque prêt! J’ai appelé mon ami Christian, proprio chez Perséides Technologie avec une révélation! JE VEUX UNE BOUTIQUE EN LIGNE! Euh!? Ok, y’a que les fous qui changent pas d’idée! Quelques mois plus tard, des heures de shooting, encore plus d’heures de retouche, de l’intégration, de la correction, de l’angoisse, l’envie de tout annuler à plusieurs reprises, on y est!

 

 

Bienvenue dans mon monde, parce que oui, MJ, c’est ma vie! (Y’a aussi ma famille, mon amoureux, mes amis et tout, mais au travers et dans tout, y’a MJ). J’aime bien passer par Dubaï pour aller à Jonquière, parce que grâce aux détours, on voit, on apprend, on tombe et on se relève, et quand on arrive à destination, on a un bon bagage, et on est d’autant plus satisfait!

^